14 novembre 2006

Faich'


Envie de faire un nouveau post, mais trop crevé.

Longue journée à la biblio. 70 pages sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement des Nations Unies, 10 sur l'UNESCO, relu les notes et résumé pour les cours de demain, préparé le terrain pour mon mini-mémoire en Développement et Environnement avec 15 pages sur la biodiversité et les systèmes sui generis de brevetage du vivant.

Réception par la Ville de Lausanne des étudiants postgrade. Pas assez à manger à l'apéro. Passer la journée avec des chaussures de pingouin pour ça, putain...En plus, Brélaz était même pas là.

Retour à la maison, envie de rien. Sais même pas pourquoi je suis là. J'aurais pu faire un jeu de mot du genre "Sais même pas pourquoi je suis las" mais non. Trop nul.

Fais chier d'avoir un blog.

Fais chier de pas être resté jouer à Civilization 4 toute la journée à la maison.

4 commentaires:

katch a dit…

Faudrait savoir, tu te plains que l'apéro n'était pas assez fourni en victuailles, et ensuite tu râles parce que Brélaz n'était pas là!!

Un peu de cohérence que Diable!!!

Pour ma part, en ce qui concerne les lectures d'hier, j'ai:

- Terminé "Le temps où nous chantions" de Richard Powers, simplement magistral, dans mon top five (ce qui prend toute sa valeur lorsque l'on sait que je suis un boulimique à ce niveau-là), pour faire d'jeun.
- Enfin commencé "Les versets sataniques", merveilleux d'imagination et de drôlerie, mais on "sent" que la traduction nous fait perdre énormément de la plume rushdienne qui aime tant jouer avec les mots.
- Flâné dans des poèmes de Yeats et de Guillevic.
- Continué ma relecture du "Mythe de Sisyphe"
- Lu des interviews de Lobo Antunes, Bertina et Saramago.


Ca fait plaisir d'être un touriste!!!

Tout de bon

M'dame Jo a dit…

C'est l'air de la biblio, c'est pas bon.

bulle de savon a dit…

en tout cas, c'est un très bon poste, plein d'humour... et courage pour les jours un peu moins " drôles ".

Julien a dit…

Katch: justement, la présence de Brélaz aurait certainement induit une grande quantité de nourriture. Ensuite, j'aurais compté sur ma rapidité et ses obligations pour me baffrer avant qu'il n'engloutisse tout. Pour ce qui est de tes lectures, félicitations, tu maries qualité et quantité!