24 février 2006

Football et politique, épisode I


J'avais eu l'occasion de lire ces déclarations plusieurs fois, elles ont refait surface alors j'ai décidé de les poster.
Lilian Thuram est un footballeur français, il joue à la Juventus de Turin. C'est un joueur qui passe un peu pour un intellectuel (à mon avis surtout parce qu'il porte des lunettes...) et donc à la différence des ses petits camarades, il donne son avis sur autre chose que le 4-4-2 ou la Ligue des Champions.
Il s'est notamment exprimé sur les émeutes en banlieue, critiquant l'attitude de Nicolas Sarkozy, en voici un extrait, tiré de l'Equipe:

"Pour le joueur de la Juventus Turin, Nicolas Sarkozy «joue sur l' ignorance et ne prend pas beaucoup de risques. On fait tout reposer sur l'insécurité, donc il faut prouver qu'il y a une insécurité, donc on la crée !» estime t-il avant de poursuivre : «C'est tellement facile ces discours populistes et démagogues, de parler de personnes dont la plupart des gens ne savent rien. Vous les connaissez, vous, ces supposés "glandeurs", "voyous", qui profitent des allocations familiales? Non, bien sûr»."
On peut penser ce qu'on veut de Nicolas Sarkozy et de la façon dont il a géré cette situation, pour ma part je le trouve assurément démagogue mais je pense qu'il a le mérite d'avoir le courage de ses opinions à la différence de beaucoup de ses collègues.
Mais que dire de Thuram? Il accuse Sarkozy de parler de gens qu'il ne connait pas, d'accord, mais lui, les connait-il mieux? Thuram a certes vécu dans les banlieues lorsqu'il était enfant. Mais d'un autre côté, il a lancé sa carrière professionnelle à Monaco, où la délinquance juvénile se limite aux frasques des petits Grimaldi; puis a été transféré en Italie, à Parme puis à la Juve. Son salaire annuel se chiffre en millions, sans compter les contrats publicitaires et tous les avantages dont il bénéficie à Turin. Alors sincèrement, dites-moi en quoi il peut se poser en expert des banlieues? Je ne crois pas qu'il sache encore ce que c'est.
Au delà de ça, je pose la question de savoir si un sportif est en mesure de se prononcer sur des sujets politiques. Sartre a dit qu'un intellectuel est quelqu'un qui se mêle de ce qui ne le regarde pas. Moi je suis d'avis que chacun doit se cantonner à son rôle et surtout à son domaine de compétence. Un footballeur peut utiliser son image pour des causes humanitaires par exemple, mais pas pour intervenir dans un débat politique.

11 commentaires:

le marquis a dit…

"Au delà de ça, je pose la question de savoir si un sportif est en mesure de se prononcer sur des sujets politiques.[...] Un footballeur peut utiliser son image pour des causes humanitaires par exemple, mais pas pour intervenir dans un débat politique."

Et qu'est-ce que tu es en train de faire là? :o)

mon nom est Personne a dit…

j'oubliais: s'il fallait avoir vécu, ou même vivre, dans une cité pour avoir un avis sur la question, je pense qu'il ne restera pas grand monde qui puisse en parler (sachant la proportion de personnes vivant dans les cités ayant accès aux média; c'est-à-dire si l'on exclut les émissions tapageuses de TF1 sur la violence des banlieues).
Par définition, un citoyen, ou à plus forte raison un politicien, doit se prononcer sur des sujets dont il n'a pas d'expérience directe. C'est le paradoxe de la xénophobie sans étranger, de ces villes et villages où l'on vote le Pen alors qu'il y a qu'un pourcentage extrêmement faible d'étrangers...
Oui Thuram n'est pas un banlieusard, mais pratiquement aucun politicien, journaliste, politologue, sociologue etc. ne l'est.

Valou a dit…

Non mais ca me fait rire, ce mec a peut-etre vécu dans les banlieux mais c'était quand ca? Quand il avait 15ans au pire? Il a quoi maintenant facile 30ans? Tout a changé tout a "évolué" dans le mauvais sens surtout. Il fait style qu'il connait les djeunz mais bon, il ne se contente que de faire des pubs a la con, et dire ca pour que les jeunes l'adule deux fois plus a mon avis. Après je te suivrais sur le fait qu'il doit etre intellectuel seulement parce qu'il porte des lunettes lol, c'est lui qui a trouvé les mots "savants" ou on l'a aidé durant l'article a reformuler bien ses phrases?

Ok on appuie sur l'insécurité, mais bon c'est ce qui fait marcher si tout allait bien tout le monde déprimerait, de quoi parlerions-nous?

Je vis dans un quartier soit disant "banlieu" bref les petites racailles qui se la pete a dire ca, ok y a des quartier chaud par Genève mais bon, moi je pars du principe que si t'as des emmerdes c'est que généralement tu les as forcément cherchée quelque part (ok ok vous enflammez pas tous direct je dis pas pour toutes les situations).

Fin bon, c'est comme les victimes plus c'est brisé et maltraité plus c'est puissant, faut les laisser. Exemple : les juifs, ils sont persécuté depuis toujouuuuuuuurs bla bla bla et c'est qui le plus fort, ceux que personne ne pourra jamais toucher? Ben eux, suivent après les gens de couleurs, et les pauvres petit banlieusard qui ont jamais rien demandé a la vie qu'une vie belle... *ironie powa*

Julien a dit…

Je ne dis pas que pour se prononcer sur un sujet ou un autre, on doit forcément faire partie du sujet lui-même. Il ne s'agit pas à mon sens de pouvoir se prévaloir d'une observation participative, mais je pense que l'on doit être en mesure de fournir un certain degré d'expertise; qui plus est pour s'exprimer publiquement sur un sujet sensible.

P.S. merci Marquis pour cette brillante remarque, mais je ne suis plus à considérer comme un footballeur, sinon déchu et déçu!

Susana a dit…

euh, j'ai une ou deux petites choses à redire qui me viennent sur l'instant...
de 1) je vois pas en quoi un joueur de foot ne peut pas donner matière ds un débat politique ou autre, pourquoi l'humanitaire serait-il plus tolérable dans sa situation !?
Si tu juges que ce n'est pas bien parce qu'il n'en a aucune idée alors tu devrais t'exprimer autrement en ne parlant pas d'un joueur de foot en particulier, mais en mentionnant que d'une manière générale " quand on sait pas de quoi on parle, on se tait " par exemple...
de 2)sarkosy je veux bien consentir au fait que lui au moins il a le courage de ses opinions, mais le mot " racailles " franchement !!!
heureusement pour toi que tu aies quand même ajouté qu'il était démagogue :P

Adrien a dit…

Dans le même ordre d'idées, on peut inclure les acteurs américains qui s'étaient liées contre W. lors des dernières élections.
Je suis d'avis que ces personnes ont le droit d'exprimer leur avis mais on ne doit en aucun cas les estimer plus importants que ceux de M. et Mme tout le monde. En effet, ce qui les différencient des gens "normaux" c'est leur status d'icône hyper-médiatisée. Je ne suis pas contre qu'un footballeur (exemple cité précédemment) donne son avis sur la question, mais rien ne lui permet de juger la situation étant donné qu'ils ne possèdent pas tous les éléments du dossier. Laissons donc faire les professionnels d'autant plus que les médias interprètent ces éléments comme bon leur semblent (exemple du "racaille" sorti de son contexte, sans vouloir défendre Sarko).

poulette a dit…

Oh la Valou! j'espère que tu écris plus vite que tu ne réfléchis, parce que je suis persuadée que Julien était à mille lieux de ton discours. Il a été largement dépassé (débordé) sur sa droite sur ce coup là. Il ironisait sur le fait qu'un footballeur se la joue intellectuel (c'est de bonne guerre), pas sur le fait qu'un noir tienne des discours politiques.
Il n'avait pas percuté que quelqu'un pourrait récupèrer son post en ironisant sur les juifs. Il doit bien y avoir quelques blogs spécialisés pour ça...
Pour ma part, j'ai apprécié la mobilisation de ce joueur sur le plan politique lorsque je vois à la télé la façon dont se comportent les supporters de Rome en faisant le salut hitlerien dans les tribunes. Alors oui, un joueur de football, qu'il soit noir, vert ou blanc, a toute latitude à s'exprimer. Pour ce qui est de ses interventions sur le problème des banlieues, je ne connais pas suffisemment sa vie pour savoir où habitent ses amis, sa famille, mais je partage l'opinion de mon nom est personne.

Valou a dit…

@ Poulette : t'as de la chance j'écris bien plus vite que je ne réfléchis mais si tu n'avais pas compris j'ironises beaucoup les choses. Mais bon t'as ton opinion, mais moi a ta différence j'accepte tes propos. Je ne faisais que part de certains exemples qui sont, si tu le remarques, et si tu fais des recherches, assez véridique. Bizarre j'pensais comme toi avant.

poulette a dit…

non effectivement, je n'ai pas vu une once d'ironie dans ton commentaire, c'est pour cela que je suis intervenue d'ailleurs. Tant mieux si je me suis trompée et qu'il ne s'agissait que de maladresse de ta part.

Séb a dit…

J'arrive un peu tard, mais il me semble que tu viens, avec tout le respect que je dois au Valet du marquis, de dire une grosse bêtise...

"Moi je suis d'avis que chacun doit se cantonner à son rôle et surtout à son domaine de compétence."

Absolument pas d'accord!
Et qui serait experts ès banlieue?

Sarcozy? L'ancien Maire de Neuilly...
Je ne crois pas qu'il ait plus d'expertise que Thuram dans ce domaine...

Le but de la démocratie, c'est que tout le monde puisse avoir un avis sur tout, non?

Julien a dit…

Non, effectivement Sarko n'en connait pas plus que Thuram. Pourquoi pas ceux qui travaillent directement avec la banlieue? Les assistants sociaux par exemple.
Je suis tout à fait d'accord qu'on puisse avoir un avis sur tout, là où je suis moins d'accord, c'est qu'on le diffuse dans les médias en se faisant passer pour un expert en la question.
Et là, on en revient à Sartre qui dit que l'intellectuel est celui qui se mêle de ce qui ne le regarde pas...