27 juin 2006

Les Polytechniciens, encore et toujours

Les rendez-vous et les sorties

Il n’est jamais facile pour un polytechnicien de sortir avec quelqu’un. Les gens normaux déploient toutes sorte de basses stratégies pour se donner une apparence séduisante. Les polytechniciens sont incapables de placer l’apparence au-dessus de la fonction. Ce principe est bon pour la société. On ne voudrait pas en effet qu’un ingénieur mette au point un réacteur nucléaire qui donne simplement l’impression de retenir les radiations. Cela dit, ce principe consiste en un gros désavantage pour les polytechniciens lorsqu’il est question de rapports amoureux.
Les EPFLiens n’aiment pas les conversations banales parce qu’on n’en retire aucune information utile. Il est beaucoup plus utile d’expliquer un problème technologique complexe au premier être humain venu qui se tient tranquille. Malheureusement, il semble que les personnes normales préfèrent qu’on leur introduise un rouleau à pâtisserie dans le nez plutôt qu’on leur parle de technologie.
Cela étant, ce n’est pas une raison pour arrêter de faire part d’importantes connaissances à ceux qui ne le veulent pas. Il arrive parfois que les gens normaux tentent de faire comprendre par la gestuelle aux EPFLiens que la conversation est terminée. L’EPFLien ne tient pas compte de cette forme de communication, car c’est une science des plus inexactes. Un EPFLien est pratiquement incapable de faire la différence entre une marque d’intérêt et un état comateux.
Tout ces constats consistent en de gros désavantages pour ce qui est des rendez-vous amoureux. Heureusement, les polytechniciens ont un atout : ils sont reconnus comme étant de bons partis pour le mariage. En effet, ils sont intelligents, salariés, honnêtes et très utiles dans la maison. S’il est vrai que beaucoup de gens normaux préfèreraient ne pas sortir avec un polytechnicien, la plupart espère en trouver un pour se reproduire. Car il produira des enfants à son image, qui auront des emplois grassement rémunérés bien avant de perdre leur virginité.

N.B. Une récente étude a démontré que, mis en contact avec un polytechnicien, 9 personnes sur 10 préfèrent se fourrer un rouleau à pâtisserie dans le nez plutôt que de l’écouter parler de technologie. La 10e personne a préféré qu’on lui fourre le polytechnicien. Paix à son âme.

12 commentaires:

colchide a dit…

Ils sont excellents, tes textes :-) Criants de vérité !!!

lµdivine a dit…

quand est ce que les EPFLiens vont inventer la machine a lobotomiser les EPFLiens pour qu'ils deviennent normaux?

Maye-Linn a dit…

Moi je me pose une question: est-ce qu'il y a des Epfliens qui ont lu ces textes, si oui, qu'en pensent-ils?

Julien a dit…

Merci Colchide!
Ludivine, tu comprendras en lisant la conclusion que les epfliens sont parfaitement ravis de leur sort, au demeurant peu enviable.
Maye-Linn, faut leur demander! En général, j'ai eu de bons retours, même de la part d'Adrien!

Tomber du ciel a dit…

Et si on parlais des Témoins de Jéhovah, Ludivine?
Secte dont tu fais activement partie!
C'est pas des lobotomisé du cerveau?

Bebop a dit…

Merci, ça m'a fait bien rire et rappelé des souvenirs: il y a quelques années, un cours en intelligence artificielle où deux doctorants russes jouaient aux échecs de tête pendant les cours tout en reprenant le professeur quand il se plantait dans la modélisation mathématique d'un agent intelligent. Ils avaient en tout point le look et les compétences de communication décrites ici. De plus, grâce à toi, j'ai enfin compris pourquoi ils me regardaient toujours d'un air bizarre quand je repartais en moto (elle m'a sauvé du TSOL pendant mes longues années d'étude): ils voulaient sans doute la démonter et la reprogrammer.

J'attends les HEC avec la plus haute impatience, et sinon j'ai d'autres suggestions: les Tessinois marxistes de science-po, la tribu celtico-alcoolique des géologues, les joueurs de cartes, etc.

Edouard a dit…

J'aime assez le nota bene, qui laisse une certaine place à l'imagination quant à l'endroit où la personne s'est fourrée l'EPFLien...
J'ai pas pu m'en empêcher...

PS: Aurélien est un EPFLien qui contredit pas mal ce que tu racontes, mais il faut bien une exception, non?

Julien a dit…

Edouard, les errements de tes pensées ne me surprennent qu'à moitié. Je pense qu'après la prochaine soirée de Maye-Linn, elles ne me surprendront plus du tout...Quant aux exceptions, tu as vu juste, puisque ce sera le sujet d'un prochain chapitre à venir demain!

Bebop, tes suggestions sont bonnes, d'autant que j'y avais pensé moi-même (j'ai pour habitude de croire que ceux qui pensent comme moi pensent bien). Les SSP sont en "cogitation". Pour ce qui est des géologues, je pourrais faire appel à Séb pour un "courrier des lecteurs"!

Adrien a dit…

Je confirme en disant que les textes collent pour la majorité des EPFL-iens!

Ceux d'électricité ont inventé Balélec pour faire cool, alors que ce n'est rien d'autre qu'une grosse beuverie entre EPFL-iens! Je ne parle même pas de Artyphis ou Sysmic (je n'ai jamais été aux 2 derniers)

M'dame Jo a dit…

Adrien, si je puis me permettre, Balelec est la seule fête du poly où une majorité des gens ne sont PAS du poly. Il n'y a "que" 6000 étudiants, au poly et bien plus à Balelec.

Sysmic et Artiphys, par contre...

Lu a dit…

Je connais tout plein d'EPFLiens qui ne sont pas comme tu les décris, et pourtant je ne peux m'empêcher de les considérer comme des extra-terrestres... Cliché, construction sociale, influence de la masse ? Je pense que tu as trouvé ton sujet pour une thèse de doctorat.

Jose Ferreiro a dit…

Je confirme en tant qu'EPFLien!